Première Guerre Mondiale

Géopolitique

Distribution des cartes en 1914

L’Empire Allemand en 1914

L’empire allemand au pouvoir en 1914 est l’aboutissement de la formation d’un régime impérial dominé par la Prusse. Le roi de Prusse Guillaume Ier est proclamé kaiser à Versailles le 18 janvier 1871 après la victoire de l’Allemagne contre la France de Napoléon III à l’issue de la Guerre franco-allemande de 1870. Le développement des politiques intérieures et extérieures se fait sous l’impulsion du chancelier impérial Otto von Bismarck jusqu’en 1890. Bismarck met en place un système complexe d’alliances avec les États voisins, afin de maintenir l’Empire allemand en position de force face à la France. En 1890, Bismarck est contraint à la démission. Le nouveau kaiser Guillaume II mène un règne plus personnel. Le gouvernement mène une politique d’expansion coloniale et d’armement de la flotte très populaire, pour compenser des politiques générales antisociales démocrates. L’Allemagne renforce sa domination maritime et devient une puissance rivale des autres puissances coloniales dans le partage du monde, notamment avec le Royaume-Uni. Le jeu d’alliances dessert la stabilité de l’Europe en 1914, l’empire regroupant 28 états, principautés et villes fédérés.

L'Empire Allemand 1871-1918

Le Royaume Uni

Pour le Royaume-Uni, la fin du XIXe siècle le place en première puissance navale et coloniale de l’époque. Il tient à confirmer la supériorité de sa Royal Navy. En 1888, la peur d’une guerre avec la France et l’accroissement de la flotte russe font redémarrer la construction navale. En effet, la course à la construction des cuirassés est attisée par l’opposition entre le Royaume-Uni et l’Allemagne. Les lois allemandes de 1890 et 1898 autorisent la construction d’une flotte de 38 cuirassés, ce qui menace l’équilibre naval. En 1883, le Royaume-Uni possédait 38 cuirassés, deux fois plus que la France et à peu près autant que le reste du monde réuni.

Rivalités mondiales

En 1914, de nombreuses rivalités économiques et sociales existaient entre les nations de l’Europe de l’Ouest et leurs colonies. S’y ajoutaient des nationalismes forts, et une montée de l’impérialisme. Des conflits précédents restaient non résolus, avec un système d’alliances militaires complexe, développé entre les différents pays européens au cours du XIXe siècle après la défaite napoléonienne de 1815. Par exemple, avec l’indépendance de la Belgique survenue en 1830, la France et l’Angleterre s’étaient portées garantes de sa neutralité. L’Empire allemand commet un malentendu diplomatique, en pensant que le Royaume-Uni resterait neutre en cas d’invasion allemande de la Belgique. Avec la course aux armements, l’attentat de Sarajevo fut l’étincelle qui mit le feu aux poudres.

Aux États-Unis

Un nouveau Président

Pendant ce temps aux États-Unis, Thomas Woodrow Wilson élu 28e président en 1912 prônait une vision idéaliste des relations entre les nations, dans le souvenir des souffrances subies dans son enfance lors de la guerre de Sécession. Le début de son premier mandat sera cependant marqué par une politique d’accroissement militaire pour faire face à un éventuel engagement forcé, tout en tentant de rester neutre face à la situation européenne. En effet, 15% de la population américaine est née dans l’un des pays européens belligérants, et une majorité y possède des attaches familiales. Woodrow Wilson se proposera même d’être intermédiaire entre les parties en 1916. L’Allemagne rejette la proposition le 26 décembre 1916.

Président Thomas Woodrow Wilson

L’entrée en guerre

Plusieurs événements allemands rappelleront les États-Unis à une triste réalité :

  • Les Américains ravitaillaient le Royaume-Uni par voie maritime, tandis que l’Allemagne menait une véritable guerre sous-marine, torpillant tous les convois traversant l’océan atlantique vers les îles anglaises.
  • Par ailleurs, le Royaume-Uni intercepte un télégramme allemand en direction du Mexique qui lui propose une alliance contre les États-Unis, afin de l’envahir par le sud, et lui suggère même une alliance avec l’empire du Japon. En contrepartie, l’Allemagne promettait une aide financière, et la restitution au Mexique de l’État du Texas, ainsi que ceux du Nouveau-Mexique et de l’Arizona, perdus lors de la guerre de 1846-1848.
  • Enfin, le torpillage du Lusitania par les sous-marins allemands le 7 mai 1915, comprenant environ 2.000 passagers, dont plus de 1.200 périrent avec près de 200 Américains dans la catastrophe, décida les États-Unis à entrer en guerre aux côtés de la France et du Royaume-Uni.

Malgré ses promesses électorales en direction de la paix, le Président Wilson propose au Congrès l’entrée en guerre des États-Unis, proposition adoptée le 6 avril 1917.

Le Lusitania

Le Lusitania torpillé

Pour en savoir plus :

  • L’Empire Allemand de 1871 à 1918
  • L’Empire colonial de la France en 1914
  • L’Empire anglais en 1914
  • La Triplice
  • La Triple-Entente

Page suivante